Critique de Comme des frères d'Hugo Gélin

Vu en avant-première, vaguement lu le synopsis mais l'UGC annonçant la venue de François Xavier Demaison, je ne pouvais pas manquer çà (aucun de ses films ne m'échappe!)
Quelques heures auparavant, je découvre des photos sur Twitter et tombe sur une émission radio qui fait la promo du film. Et là je découvre qu'en plus il y a Nicolas Duvauchelle!Sacré casting, je suis donc d'autant plus impatiente de découvrir de quoi il s'agit.
 
3 hommes réunis autour du décès d'une femme. Une femme qui leur est chère, voire même essentielle. Une femme qui va leur '"imposer" un voyage. Et qui surtout va réunir 3 âmes endeuillées qui ne semblaient pas forcément faites pour s'entendre!Parce que parcourir 900kms et 2ans et demi de souvenirs n'est pas sans remuer vieilles blessures et précieux souvenirs!
 
La lumineuse Mélanie Thierry est une Charlie rayonnante!Comme on comprend ces hommes d'être tombés sous le charme de ce rayon de soleil... Elle apparaît à l'écran, dans les souvenirs chéris et ô combien précieux qui reviennent à l'esprit de Boris, Elie et Maxime.
 
Boris (François-Xavier Demaison) est le plus âgé (40ans), probablement le plus sage et le plus grave de la bande. La tête sur les épaules, il tente tant bien que mal de rester pragmatique face à l'épreuve!Mais pourra-t-il l'être jusqu'au bout de ce road trip qui va tous inévitablement les transformer?
 
Et puis il y Elie (30ans), le bohème cynique, l'adulescent en puissance qui cherche à se laisser porter et qui cache ses sentiments sous un humour excessif. Nicolas Duvauchelle tente un premier essai comique. Et le transforme. On le savait excellent dans la gravité mais il tire son épingle de ce jeu de mots et de répliques toutes plus drôles les unes que les autres!
 
Je termine par la révélation. Le jeune Maxime (20ans) était le petit protégé de Charlie, celui qu'elle a vu grandir et que, jusqu'au bout, elle veut préserver. Maxime est jeune, immature mais pas que...Son innocence déclenche des instincts paternalistes chez ses 2 ainés et c'est un des aspects du film que je trouve des plus touchants! Je décerne donc mon coup de coeur à Pierre Niney qui est incroyablement talentueux, qui nous livre un personnage fragile mais tellement authentique!Il illumine littéralement l'écran...
 
Charlie, se sachant condamnée, a fait un ultime cadeau aux hommes de sa vie. Elle trouve la solution qui lui semble idéale pour les aider dans leur travail de deuil. Elle leur apporte le soutien dont ils ont besoin et semble avoir savamment orchestré tout cela.
 
Il s'agit d'une première réalisation et d'un coup de maître. Hugo Gélin amène son sujet intelligemment sans alourdir cette perte immense avec un excès de pathos qui fait souvent légion dans le cinéma actuel!On verse des larmes, souvent, mais on rit, encore plus!C est ce qui est beau. On s'attache à travers le regard de ces 3 hommes à un personnage disparu. On remonte dans le temps étape après étape jusqu'au moment où leurs coeurs sont enfin prêts à accepter la réalité et l'évidence de ce qu'ils viennent de vivre.
 
La bande originale, les paysages, certaines scènes qui vont devenir cultes, rien ne semble laissé au hasard!Je n ai qu'un mot à dire (après la longue tirade que je viens de faire, c est un soulagement!): BRAVO!
A ce trio improbable dont les chemins se rencontrent enfin. A celui qui est à l'origine de ce film teinté d'émotions vraies. Et à Comme des frères, qui touche et qui a une jolie originalité!

 

mercredi 05 décembre 2012 03:26


Elle s'appelle Ruby

C est l'histoire d'un écrivain en panne d'inspiration...Jusqu'au jour où il rêve!D'Elle, la fille qu'il imagine parfaite. Une fille qui, après qu'il l'ait écrite et décrite, après qu'il l ait faite vivre au gré de dizaines et dizaines de pages, entre dans sa vie et devient tout simplement sa nouvelle réalité.
 
Assez étrange de prime abord, l'histoire pourrait laisser rêveur. Vivre en couple avec quelqu'un qui correspond exactement à nos attentes et à nos aspirations. Façonner un être humain, le modeler et le faire devenir quelqu'un qu'il n est pas, c est un peu ce que chacun espère pour idéaliser son quotidien. Malheureusement cela relève de l'impossible.
 
Mais de jour en jour, Ruby devient une autre, plus seulement le fruit des désirs de son créateur mais un être à part entière, ouverte aux autres, avec des goûts et des envies qui lui sont propres.
Ce qui ne va pas plaire à Calvin, le fameux écrivain. Il va faire le choix d exercer son pouvoir et de la changer pour la rendre plus conforme. Il lui suffit d'écrire, de l'écrire Elle.
 
Ce film au scénario vraiment original m a totalement emballé!Il s en dégage une énergie et une luminosité incroyables. Même si j ai beaucoup de mal avec l'acteur principal Paul Dano qui m avait déjà insupporté dans For Ellen. Ce n est pas de sa faute, il a juste une tête qui ne me revient pas!Pourtant il est excellent dans ce rôle d'écrivain que tout le monde idolâtre et qui est traité en permanence de génie. Quant à l héroine Zoe Kazan, elle est une marionnette parfaite, manipulée à l extrème, elle se prête admirablement à toutes les folies de son auteur. Sans compter qu'elle a un sourire et une étincelle dans les yeux qui transpercent l'écran.
 
L'égo des artistes est finement mis en lumière dans ce film, la surdimension, ce à quoi il peut conduire. Tout tourne autour de Calvin, y compris et surtout Ruby. Il peut sembler caricatural mais l'originalité de l'histoire fait qu'on ne tombe pas dans de trop gros clichés.
 
Le tout est agrémenté de chansons françaises très kitchs mais qui servent le film et lui donnent une dimension encore plus décalée.
 
Un très joli moment de cinéma donc, un étonnant, surprenant et délicieux moment même dans lequel on plonge avec plaisir et curiosité.
J'ai aimé, beaucoup et çà fait du bien après une série de films un peu trop moyens et transparents à mon goût Blog de cinefil : Cinéfil, Elle s'appelle Ruby

mercredi 05 décembre 2012 03:23


Taken 2

Grâce à M6, j ai pu reregarder le premier volet juste avant d'aller voir le second. J ai pu me remémorer à quel point Bryan Mills était malin et performant.
 
Restait donc à savoir s'il serait aussi doué dans ce nouvel opus. Même si certaines scènes semblent vraiment invraisemblables, même si les scènes de combat m'ont paru un peu moyennes, lui assure toujours autant. Le charme de Liam Neeson y est pour beaucoup je crois!
 
On se laisse facilement prendre par l action et le rythme du film. Cette histoire de vengeance qui motive ce 2ème volet, la réunion familiale plus que prévisible, les scénaristes ont essayé mais pour moi ne sont pas totalement arrivés à égaler l originalité et le savoir faire qu'il y avait dans le premier!
 
Ce film se laisse donc regarder, ne serait ce que pour cette escale dans les rues d Istambul. Le décor est tout simplement somptueux et c est un régal que l'action prenne une autre couleur et une autre saveur.
 
Un troisième est il néanmoins vraiment utile???J ai peur qu'il ne soit de trop!On a compris que ce Bryan était un surdoué qui se sort de toutes les situations. Pas sûre toutefois qu'on ait encore besoin de nouvelles preuves!
 
Je donnerai à ce film une appréciation plutôt bonne pour avoir atteint ses objectifs à savoir me détendre, me faire passer un agréable moment et m'avoir fait retrouver cette sympathique famille à qui il n'arrive décidément que de sombres péripéties!

mercredi 05 décembre 2012 03:22


Ted

Un ptit ours tout mignon, Mila Kunis et Mark Walhberg en amoureux transis, il me tentait bien ce film. J avais vaguement aperçu la bande annonce au ciné sans y prêter une très grande attention.
 
Donc tout commence bien. Le petit ourson arrive dans la vie de John et à la suite d'un voeu, il prend vie et se met à parler. Tout mimi, on lui ferait bien un calin! Et puis un jour l'ours et son pote grandissent. Et muent. Et...C est une cata!Mais pourquoi je ne regarde pas mieux les bandes annonces quand je vais au ciné???Je devrai faire ma petite enquête avant de m'aventurer sur des terrains glissants.
 
Bon en soit le film est drôle. Humour un peu trop gras pour moi mais j'ai ri malgré tout. L'histoire est farfelue, prévisible et reste dans la lignée des comédies américaines de base mais l'ensemble n est pas désagréable. Sauf pour un point. Qui m'a donné envie de quitter la salle (même si je me suis retenue!). Joey Starr qui double Ted, c est une blague??? Même s'il joue un ours rebelle et malpoli, c est juste insupportable. Autant j ai apprécié sa prestation dans Polisse, autant là, j'ai fait la grimace à chaque fois qu'il ouvrait la bouche!Un pur supplice.
 
Le thème des éternels ados qui refusent de grandir, qui fuient les responsabilités abordé de façon original avec un happy end à la et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants...Petit Johnny est devenu grand, il était temps!
 
Ce n est que mon avis, apparemment pas forcément partagé puisque sur Allociné ce film a 4 étoiles. Je crois que le désagrément causé par la voix de Joey Starr a complètement fermé mes écoutilles et m'a fait perdre toute quelconque objectivité!Donc tentez quand même, il y a de quoi rire à condition d aimer ce genre d'humour un peu graveleux!Et revenez m'en donner des nouvelles Blog de cinefil : Cinéfil, Ted

Ps: petite surprise inattendue , un mini rôle décalé pour RR (comprendront ceux qui verront le film) qui reste définitivement un vrai régal pour les yeux...

mercredi 05 décembre 2012 03:20


Savages

Une bande annonce rythmée, une actrice de série B au centre d'un trio un peu atypique, le film présageait d'être sympathique.
 
Sauf que...D'un le doublage est complètement foiré, les voix ne collent pas aux personnages et l'accent franco-mexicain ou mexico-français est juste insupportable. Les VO parisiennes me manquent vraiment dans ce genre de cas!
 
De 2, Blake Lavely est un quasi copier-coller de Serena Van Der Woodsen (GG) et me fait m'interroger sur ses talents d'actrice. Ses attitudes, ses mimiques figées et répétitives finissent par lasser!Des cours de comédie s'imposent!Certes elle est sublime mais çà ne fait pas tout(mais non j suis pas jalouse!M en fous qu'elle soit la femme d'un des mecs les plus sexys de la planète!!!).
 
Passons outre ma relative objectivité concernant la belle O., au centre de l'intrigue. Elle est l'enjeu, la "marchandise", la corde sensible. Celle de 2 hommes éperdumment amoureux et prêts à tout pour leur belle. Ce que n'a vraisemblablement pas envisagé le cartel qui l'a pris en otage. Sur le papier, le scénario pourrait s'avérer intéressant. Malheureusement il traine en longueur, il est porté par une narratrice horripilante, qui présente, explique et fatigue (toujours la même que citée précédemment). On se laisse porter, on attend, on imagine. La réalité est loin d'être à la hauteur. Du sang, des trafiquants, un retournement de situation.Que du prévisible.
 
Benicio Del Toro et Salma Hayek essaient tant bien que mal de sauver le naufrage. Mais ne suffisent pas face à une succession de clichés à l'américaine. Le bad boy et le pacifiste qui vont affronter un gang sanguinaire sans le moindre souci. Tout coule de source et pour moi cela ne suffit pas.
 
2h10 à me demander. A attendre ce moment qui va enfin animer.Et qui ne viendra jamais!
 

mercredi 05 décembre 2012 03:18


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à cinefil

Vous devez être connecté pour ajouter cinefil à vos amis

 
Créer un blog